Cette année, un salon en ligne était organisé en octobre pour dresser un état des lieux et les perspectives d’évolution de ce type d’emploi.

Une vingtaine d’intervenants, dirigeants d’entreprises faisant appel à des salariés à temps partagé, responsables de groupements d’employeurs et d’entreprises à temps partagé, et bien sûr salariés qui ont choisi cette nouvelle forme d’emploi, ont pris la parole pour présenter leurs expériences.

Courte définition du temps partagé

Opportunité pour une entreprise d’accéder aux compétences d’un professionnel quelques jours par mois ou sur la durée.

Les tendances 2020

Selon le baromètre 2020 du temps partagé, la tendance est au rajeunissement des salariés avec une augmentation significative des moins de 40 ans.

Le temps partagé devient de plus en plus un choix de vie lié à cette nouvelle manière de travailler.

Et le temps partagé s’ouvre à de nouveaux métiers, notamment en lien avec le digital.

Pour les entreprises, les avantages du temps partagé restent la flexibilité, la haute expertise de ce type de salariés, et la maîtrise de leurs coûts.

Le temps partagé répond à l’évolution de la société : des professionnels qui souhaitent s’épanouir, des TPE-PME en besoin de personnel sur des postes ne nécessitant pas des temps pleins et la digitalisation des entreprises qui demande un accompagnement des équipes et des dirigeants.

Des salariés experts et autonomes

Le multi-salariat apporte sécurité, un avantage appréciable en cette période de crise sanitaire, et donc de crise de l’emploi. Ce multi-salariat, qui prend la forme d’un cumul de temps partiels choisis, permet aux salariés d’exercer en pluriactivités, selon des modalités de travail différents, des entreprises et des secteurs d’activité différents, voire même sur des postes et avec des compétences différentes.

Le salarié partage son travail entre plusieurs clients et donc plusieurs problématiques en entreprises.

Le salarié à temps partagé, parce qu’il n’est pas employé directement par l’entreprise bénéficiaire, se sent plus libre de proposer des améliorations grâce à son expertise métier. Une relation différente s’instaure avec la direction car il est assimilé à quelqu’un d’externe à l’entreprise.

Le choix du temps partagé pour ces salarié s’apparente à une volonté d’entrepreneuriat. Derrière ce choix il y a la volonté de progresser, d’apprendre constamment. Il y a également une grande autonomie, une indépendance ainsi qu’une souplesse pour s’adapter aux différents contextes d’entreprises. Polyvalence, adaptabilité et réactivité sont les qualités demandées aux salariés à temps partagé.

Un levier de croissance pour les entreprises d’accueil

Le temps partagé apporte une bouffée d’oxygène et une nouvelle gouvernance dans l’entreprise, en plus de dégager du temps à ses dirigeants.

L’entreprise fait souvent le choix du temps partagé par manque de temps à consacrer à un recrutement, qui s’ajoute au risque de ne pas trouver une personne totalement adaptée au poste, et par un besoin en personnel pour un faible volume d’heures travaillées.,

Le temps partagé, c’est bénéficier de compétences avec un budget maîtrisé. Les entreprise auront toujours besoin d’experts pour se développer. Et la proposition du temps partagé leur permet de bénéficier de la compétence dont elles ont besoin à la juste quantité et selon les ressources dont elles disposent. C’est une écologie du travail, dans l’air du temps actuellement : l’entreprise ne consomme que ce dont elle a besoin en louant des compétences en temps réel.

Le temps partagé répond au besoin d’agilité des entreprises. Ce fonctionnement se connecte donc au travail en mode projets des salariés à temps partagé.

Une solution pour les territoires

Le temps partagé permet également aux territoires locaux de maintenir une attractivité : certains territoires rencontrent des problématiques d’emploi. Le temps partagé est une réponse car il apporte souplesse aux entreprises en difficulté pour recruter.

Et demain ?

Actuellement le temps partagé est professionnalisé. Un portail Internet, un salon, une semaine, et même un label métier lui sont consacrés qui sont autant d’outils pour le faire connaître et le faire évoluer.

Le temps partagé fonctionne en réseau : entreprises et professionnels se sont structurés.

Reste encore à étoffer l’offre et la rendre davantage visible auprès des entreprises. Et c’est tout un travail de pédagogie qui se poursuit !

Salon en ligne organisé par le Portail du Temps Partagé : sera disponible en replay