Elisabeth Borne, la ministre du travail, l’a annoncé le 18 août dernier lors d’une visioconférence avec les partenaires sociaux : à partir du 1er septembre le port du masque devient obligatoire pour tous les personnels d’entreprises qui ne travaillent pas dans un bureau individuel.

Limiter la propagation du virus après l’été

Cette mesure vise à rompre l’augmentation du nombre de contaminations, qui croît depuis l’été. Il a en effet été constaté que 24 % des clusters, ou foyers de contamination, se situent dans les entreprises publiques et privées (hors établissements médicaux).

Renforcer les mesures sanitaires anti-covid 19

Outre les mesures déjà en vigueur dans les entreprises : distanciation de 1 mètre entre les personnes, gel hydroalcoolique, complétées souvent par des vitres en plexiglas pour le personnel en contact avec le public et de visières individuelles pour les salariés, le port du masque devient obligatoire dans les espaces clos et partagés : couloirs, salles de réunion, bureaux partagés, open space, vestiaires, espaces communs.

Rappelons toutefois que les tests ou la prise de température des salariés demeurent interdites : les salariés peuvent donc s’y soustraire.

Assurer la santé et la sécurité des travailleurs

Le gouvernement consignera cette mesure dans un ‘protocole national’ spécifique à la lutte contre la covid 19.

Un décret relatif à cette nouvelle règle sanitaire du port du masque devrait paraître prochainement.

Rendre obligatoire le port du masque

Cette nouvelle mesure est obligatoire. En cas de non-respect, le salarié s’expose à des sanctions, à savoir un avertissement pour faute professionnelle.

Toutefois, des dérogations peuvent être accordées par la Médecine du travail dans quelques cas, notamment le risque d’allergie lié au port du masque.

Estimer le coût financier pour l’entreprise

Cette mesure reste à la charge de l’employeur. Le coût estimé est en moyenne de 100 € par salarié et par mois qui tient compte des masques, du gel hydroalcoolique, de la désinfection des postes de travail et des moyens de distanciation mis en œuvre.

Pour faire baisser la facture, il est recommandé de s’approvisionner en masques lavables et réutilisables pour équiper son personnel. Rappelons également qu’une subvention plafonnée à 5 000 € est accordée aux entreprises de moins de 50 salariés.

Allier mesures sanitaires et reprise économique

Le patronat est réservé quant à l’application de cette nouvelle règle de port du masque car il l’estime trop rigide. Il aurait préféré des règles plus adaptées aux situations géographiques locales et non systématiques.

Privilégier le télétravail

Le télétravail reste recommandé par le gouvernement lorsque cela est possible dans les zones actives de circulation du virus. En effet, le télétravail évite la propagation du covid lors des déplacements et il permet de limiter la présence simultanée de salariés dans l’entreprise.

Rendre le port du masque obligatoire en milieu professionnel n’empêche toutefois pas de penser ou repenser l’organisation du travail et du télétravail en entreprise.

Les détails de la mesure :

https://www.chefdentreprise.com/Thematique/juridique-1055/loi-travail-2046/Breves/Tout-savoir-port-masque-obligatoire-entreprise-351801.htm