La charge de travail : la réalité et le mental

La charge de travail est le travail qui vous est demandé ou que vous vous attribuez en tant que chef d’entreprise.

Elle connaît des variations : des temps de surcharge, des temps de charge de travail équilibré au regard du temps à lui consacrer, et des temps, certainement plus rares, de sous-charge de travail.

La notion de charge de travail revêt une grammaire variée : charge physique, psychique, cognitive, mentale, émotionnelle…

L’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail) décrit la charge de travail selon 3 dimensions :

la charge prescrite (ce qu’il y a à faire),

la charge réelle (ce que vous faites réellement)

– et la charge perçue (le ressenti qui est lié au sens du travail, l’analyse de votre contribution entre ce que vous donnez et ce que vous recevez).

La surcharge de travail : quels risques pour le chef d’entreprise ?

On pense bien sûr au stress, à l’épuisement physique et psychologique.

Mais ce travail en mode ‘dégradé’ entraîne également l’impression d’être continuellement impliqué dans le travail tout en constatant une efficacité moindre.

Au risque d’isolement, de perte de repères pour le chef d’entreprise qui travaille seul, s’ajoutent une charge de travail difficile à répartir, un brouillage des repères temporels, et l’impression de ne pas pouvoir s’en sortir, d’autant que quelquefois même les outils tombent en panne.

La surcharge de travail : quelles solutions ?

Il est nécessaire d’anticiper et de planifier.

Mais tout n’est pas planifiable, sinon le travail serait bien ennuyeux !

En plus d’estimer les temps nécessaires pour réaliser le travail, il faut également prévoir les temps de repos qui permettent de recharger ‘les batteries’.

Sans oublier l’adaptation aux moyens mis à votre disposition : outils numériques, informations actualisées, prise en compte des contraintes externes (temps de déplacement, contraintes familiales…)

Vous devrez également revoir et adapter certains objectifs c’est-à-dire savoir prioriser, arbitrer, réorienter les actions à mener.

En prenant conscience de l’écart entre le travail à réaliser et le temps disponible à lui consacrer, une régulation est possible qui permet d’équilibrer sa charge de travail.

Augmenter la charge de travail est également possible en s’entourant de collaborateurs : recruter, faire appel à un personnel intérimaire, se faire aider ponctuellement grâce au temps partagé.

Car le temps partagé est une manière ponctuelle de faire face à un accroissement de sa charge de travail.